Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Raphaël Horrein

Contrat doctoral 2015
ED Pratiques et théories du sens (Université Paris 8)

Thèse : Panopticon contemporain. Sémiotique de la surveillance, entre littérature et discours social.

Dirigée par Denis Bertrand.

En parallèle du master de l’Ecole de la Communication de Sciences Po Paris obtenu avec la mention Summa Cum Laude, Raphaël Horrein a poursuivi des recherches en littérature et en sémiotique, d’abord au sein du Master « Théorie de la littérature » (ENS Ulm, Paris-IV, EHESS) puis dans le cadre du master « Littératures française et francophones » de l’Université Paris 8. A Paris 8, il a réalisé un mémoire, dirigé par M. Denis Bertrand, intitulé Panoptisme, intimidation et dystopie. Pour une approche sémiotique de la surveillance. Ses recherches sémiotiques sur le fonctionnement et les effets des systèmes de surveillance mêlent littérature et discours sociaux, et s’inscrivent dans l’axe « Hybridation » du Labex Arts-H2H.

L’actualité le montre : la surveillance occupe une place importante dans notre quotidien. Elle prend aujourd’hui une forme nouvelle, en raison d’innovations technologiques. Malgré son importance et ces transformations, la surveillance est relativement peu théorisée. Une question reste particulièrement peu étudiée et posée : l’effet de cette nouvelle surveillance sur le sens, sur les pratiques et sur les représentations. Parce qu’elle a bâti les concepts permettant de restituer la matérialité du sens, la sémiotique permet d’explorer cette problématique de manière transversale.

Pour participer à la construction d’une théorie sémiotique de la surveillance, nous prendrons tout d’abord appui sur des textes littéraires, et notamment sur des dystopies comme Nous autres d’I. Zamiatine, 1984 de G. Orwell, ou La Zone du Dehors d’A. Damasio. Il s’agira alors d’interroger et de comprendre plusieurs configurations romanesques dans lesquelles la surveillance joue un rôle décisif. Plus largement, ces recherches permettront d’étudier différemment des catégories génériques, comme le couple utopie-dystopie.

Cette approche sémiotique et littéraire doit également permettre d’analyser les discours médiatiques et politiques relatifs à la surveillance. Ce passage du littéraire au social n’est toutefois pas évident. Une procédure de passage de l’un à l’autre est à créer, qui doit permettre de faire migrer les concepts, tout en questionnant la capacité de la littérature à être un laboratoire du discours social. Largement interdisciplinaire mais unifié par la perspective sémiotique, un tel projet de thèse invite à réfléchir aux effets des technologies sur l’humain, et sur une de ses dimensions essentielles : sa capacité à produire du sens.

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre